Préparation du synode régional

Vous avez dit rapporteurs ?

07 novembre 2022

Tous les ans, des rapporteurs se mettent au travail pour préparer le sujet synodal, aujourd’hui, nous leur donnons la parole.

À l’évocation de ce terme, des réminiscences plus ou moins drôles ont fait surface. Vous souvenez-vous qu’être accusé de rapportage vaut la sentence d’être épinglé comme « l’infréquentable mouchard(e) de la cour d’école ? » Nous n’avons pas eu de temps pour rêvasser, car le synode s’approchait ! Alors voici, l’heure était venue pour chacun de nous quatre, d’être ou de ne pas être les rapporteurs. 

Nous avons accepté la besogne avec humour, chacun habité par ses ressentis !

 

« Intenses moments de travail, avec la certitude de la présence de l’Autre, qui ont consisté à ouvrir les yeux du cœur pour accueillir sans malice et comme un cadeau, ce que les uns et les autres avaient à dire. Faire office de mouchards bienveillants de vos paroles activant la réflexion de notre Église et partager vos ressentis ? Merci pour votre confiance. À dire vrai, cette collaboration a été un délice. Celui de palper la volonté toujours présente de prendre soin de la vieille étoffe qu’est notre institution, afin que la nouvelle pièce de tissu issue de notre réflexion synodale l’embellisse et ne la déchire point avec violence. » Diane Debey

 

« En ce sens, l’expérience a été salutaire, car, participant aux synodes tous les ans, j’ai observé le travail des rapporteurs, deviné leurs nuits blanches, imaginé leur effort de synthèse et leurs propositions après les suggestions et les critiques des synodaux. Si le travail en équipe enrichit la réflexion individuelle, il exige du temps à chaque étape de la préparation, bien plus de temps que je ne l’avais imaginé. Être rapporteur, c’est faire le pari de l’espérance que le jeu en vaudra la chandelle. C’est également se mettre dans la peau des synodaux, leur parler et imaginer comment ils pourraient percevoir ce qu’on leur dira. Je retiens qu’être rapporteur m’a permis de découvrir autrement notre région. » Petr Skubal

 

« Effectivement notre région est riche et sa diversité est grande. Impliquée dans le conseil presbytéral de Grenoble depuis six années, sollicitée au poste de présidente dans la mise en place d’une gouvernance partagée, j’ai accepté cette nouvelle aventure et rejoins l’équipe des rapporteurs. J’ai trouvé passionnant de réfléchir ensemble, de mettre en commun de nouvelles façons de travailler, de partager et de s’adapter aux nouveaux besoins. J’ai beaucoup apprécié la confiance et l’écoute découverte dans les échanges que nous avons eus. Partager avec l’équipe mon expérience du terrain a, je l’espère, apporté un regard extérieur. J’entends parler de nuits blanches… ça va je n’ai pas besoin de beaucoup de sommeil ! J’espère être à la hauteur du défi qui nous attend, avant et pendant ce synode que je me réjouis de partager avec vous tous. » Esther Bosshardt

 

« En parlant de partage, nous voulons faire une promesse avec ces trois mots qui me viennent à l’esprit pour définir le rôle du rapporteur : l’écoute, la transmission et l’objectivité. Au cours du synode, nous serons présents et à l’écoute de tous. En retranscrivant les débats nous tiendrons compte de vos remarques et de vos réflexions personnelles ou émanant des travaux de groupes, et cela en toute objectivité afin qu’elles soient force de proposition. Mais nous ne pourrons pas le faire seuls. Puisque nous croyons qu’à travers nos interrogations et nos doutes, le Seigneur nous apportera son aide, nous vous invitons dès maintenant à prier, afin qu’ensemble nous envisagions un avenir pour notre Église. » Fabienne Lecoanet

Diane Debey, Petr Skubal, Esther Bosshardt, Fabienne Lecoanet
Rapporteurs au synode régional en Centre Alpes Rhône
#Synode régional#rapporteurs

Commentaires